On parle souvent de l’animation pour faire vivre les communautés de marque. Mais l’animation est un enjeu qui dépasse les communautés pour toucher à l’écosystème de marque et de ses parties prenantes. Comme le rappelle Marc de Menesguen, l’enjeu des marques, c’est le mouvement. Logique dans une société liquide et une économie agile.

Un petit résumé en image :

l'animation de marque face à ses enjeux

D’abord l’animation est stratégique. C’est à dire qu’elle ne vient pas pour servir uniquement de lien social, caution d’un marketing relationnel. La première logique d’une marque est de se construire en stimulation intéressante (savoir surprendre) et en capillarité intelligente (savoir se connecter). Avant de savoir ce qu’une marque propose, ses publics se concentrent sur comment elle interagit.

Ensuite, l’animation permet de piloter l’activité. Elle est à la fois un audit permanent et un catalyseur de R&D. En bon DA / DJ (si on utilise le parallèle artistique), le relation strategist doit pouvoir détecter / sentir des opportunités pour impulser de nouvelles interactions.

Enfin, l’animateur doit comprendre qu’il existe 3 axes à piloter :

  • les publics: suivant leur activité, leurs projets, leur culture
  • les espaces : suivant leur ergonomie, leur fonction, leur rythme, leurs connexions
  • les thèmes (reliés à l’activité et l’écosystème) : ceux qui font sens, ceux qui posent questions, ceux qui challengent, ceux qui relient

En pilotant ces 3 domaines, l’animateur de marque est capable d’impulser une vraie dynamique sociale qui conditionne le succès de toutes les opérations.